Archive Monthly Archives: avril 2022

Des particules de plastiques dans les poumons.

Des particules ont été découvertes dans les poumons de 11 des 13 patients ayant subi une intervention chirurgicale. 

Le polypropylène et le PET étant les formes les plus courants.

Cet article se veut être un cri d'alarme! L'urgence sanitaire préviendra peut-être quelques décès mais au Québec, 8.5 millions d'individus sont a risque de contamination par le micro-plastique pouvant causer un cancer du poumons! Lisez la suite et réfléchissez bien à l'emprunte écologique et au danger de contamination. 

Le fait de savoir que les MP (Micro plastique)  sont présents dans les tissus pulmonaires humains peut maintenant orienter les futures recherches sur la cytotoxicité (toxique pour la cellule humaine) afin d'étudier les implications sanitaires liées à l'inhalation de PM. (Source)

Pour la première fois, on a découvert une pollution micro plastique logée profondément dans les poumons de personnes vivantes. Les particules ont été trouvées dans presque tous les échantillons analysés.

Selon les scientifiques, la pollution micro plastique est désormais omniprésente sur la planète, ce qui rend l’exposition humaine inévitable et signifie que "les risques" pour la santé sont de plus en plus préoccupants.

Forcer à inspirer!

NOTE: Le port d'un masque entraine automatiquement une diminution de l'oxygène et l'augmentation du dioxyde de carbone dans la circulation sanguine. Stimulant ainsi une réponse compensatoire dans les centres respiratoires contrôlé par le cerveau.


Ces modifications de gaz sanguins entraînent une augmentation de la fréquence et de la profondeur des respirations.

Chaque inspirations contiendrais donc une plus grande quantité de particules inspirées.

 

Certains spécialistes expliquent  qu'en inspirant à travers le masque, on aspire ainsi les particules qui se niche profondément dans les poumons!

Des échantillons ont été prélevés sur les tissus de 13 patients subissant une intervention chirurgicale et des particules de micro plastiques ont été trouvés dans 11 cas. Les particules les plus courantes étaient le polypropylène. Deux études précédentes avaient trouvé des micro plastiques à des taux aussi élevés dans des tissus pulmonaires prélevés lors d’autopsies.

On savait déjà que les gens respiraient ces minuscules particules et les consommaient par le biais de la nourriture et de l’eau. Mais depuis peu nous portons des masques qui contiennent du polypropylène. Des travailleurs exposés à des niveaux élevés de micro plastiques sont également connus pour avoir développé des maladies.

Des micro plastiques ont aussi été détectés dans le sang humain pour la première fois en mars, ce qui montre que les particules peuvent se déplacer dans le corps et se loger dans les organes. L’impact sur la santé est encore inconnu. Mais les chercheurs sont inquiets, car les micro plastiques endommagent les cellules humaines en laboratoire et on sait déjà que les particules pénètrent dans l’organisme et provoquent des millions de décès prématurés chaque année.

"Nous ne nous attendions pas à trouver le plus grand nombre de particules dans les régions inférieures des poumons, ou des particules de la taille de celles que nous avons trouvées", a déclaré Laura Sadofsky de la faculté de médecine de Hull York au Royaume-Uni,  auteur principale de l’étude. "C’est surprenant car les voies respiratoires sont plus petites dans les parties inférieures des poumons et nous nous serions attendus à ce que les particules de ces tailles soient filtrées ou piégées avant d’atteindre cette profondeur." Mais la respiration forcé pourrait en être la cause! Comme quand on porte le masque!

"Ces données constituent une avancée importante dans le domaine de la pollution, des micro plastiques et de la santé humaine", a-t-elle ajouté. Les informations pourraient être utilisées pour créer des conditions réalistes pour des expériences en laboratoire afin de déterminer les impacts sur la santé.

La recherche, dont la publication a été acceptée par la revue Science of the Total Environment, a utilisé des échantillons de tissu pulmonaire sain prélevés à proximité des cibles chirurgicales. Elle a analysé des particules d’une taille allant jusqu’à 0,003 mm et a utilisé la spectroscopie pour identifier le type de plastique. Elle a également utilisé des échantillons de contrôle pour tenir compte du niveau de contamination de fond.

Une étude réalisée en 2021 au Brésil sur des échantillons d’autopsie a trouvé des micro plastiques chez 13 des 20 personnes analysées, dont l’âge moyen était plus élevé que celui des personnes évaluées par l’étude de Sadofsky. Le polyéthylène était l’une des particules les plus courantes. Les chercheurs ont conclu : "Des résultats délétères sur la santé peuvent être liés à ces contaminants dans le système respiratoire après inhalation".


Une étude américaine menée en 1998 sur des patients atteints de cancer du poumon a révélé la présence de plastique et de fibres végétales dans plus de 100 échantillons. Dans les tissus cancéreux, 97 % des échantillons contenaient les fibres et dans les échantillons et 83 % étaient contaminés


D’énormes quantités de déchets plastiques sont déversées dans l’environnement, et les micro plastiques contaminent toute la planète même aux fonds des océans les plus profonds. Des micro plastiques ont été trouvés dans le placenta de femmes enceintes et,  ils passent rapidement par les poumons pour atteindre le cœur, le cerveau et d’autres organes des fœtus.

Un examen récent a évalué le risque de cancer et a conclu : "Il est urgent de mener des recherches plus approfondies sur la manière, dont les micros,- et nano plastiques affectent les structures et les processus du corps humain, et sur la question de savoir si et comment ils peuvent transformer les cellules et induire une cancérogenèse, (TOXIQUE pour les cellules humaines) en particulier à la lumière de l’augmentation exponentielle de l’utilisation de plastique en particulier du polypropylène."


RÉFLEXION

Je vous invite à continuer à réfléchir sur la possibilité d'aspiration des particule  de polypropylènes. Ma théorie est: je crois qu'il existe un lien avec le port du masque et ses particules toxiques. 
 Les particules retrouvées dans les poumons étaient de  0.003mm (3 microns).
L'œil humain peut voir jusqu'à 50 microns. (Un cheveu humain est d'environ 90) Il est donc quasi impossible pour l'œil humain que vous puissiez voir les particules qui ont été détectés dans les poumons! Provienne-t-il de ses masques que la plupart de nous ont portés?
Depuis quand portons nous des masques? Quels sont leur niveau de qualité? Sont-ils conçus pour protéger contre les virus ou les infections? Nous les utilisons pour empêcher les éclaboussures mais il servent en réalité de filtre à air. Sont-ils vraiment efficace contre les virus? Sans doute ne l'ont-ils jamais étés selon cette emballage. Devrions-nous, nous inquiéter?

Rappelons du scandales des masques toxiques au Québec!

Masques non conforme

ce produit ne protège pas contamination virales ou infectieuses

Est-ce que le port du masque favorise les infections bactériennes?

Le port du masque favorise donc la multiplication de bactéries qui favorise les infections bactériennes comme on peut visualisé dans cette image. 

port du masques et bactéries

Le port du masque est nocif : 10 façons que les masques peuvent causer des dommages.


1. Les masques médicaux ont un effet négatif sur la physiologie et la fonction respiratoires.
Les masques empêchent la circulation de l'air dans et hors des poumons.

Pour les personnes souffrant d'asthme, de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et de nombreuses autres maladies pulmonaires chroniques, le port de masques est intolérable car il aggrave l'essoufflement [R].
Les masques médicaux diminuent l'oxygène sanguin et augmentent le dioxyde de carbone de telle sorte que la fréquence respiratoire et la profondeur des respirations sont augmentées [R]. 

Cela aggraverait la transmission communautaire du CoVID-19 car les personnes infectées qui portent des masques expirent des panaches respiratoires chargés de plus grandes quantités de particules virales infectieuses. Ces panaches infectieux se déplacent facilement sur les côtés, le bas et le haut des masques.

Cela peut également augmenter la gravité du CoVID-19 car l'augmentation du volume courant fait pénétrer les particules virales plus profondément dans les poumons.
Ces effets sont amplifiés si les masques sont contaminés par des virus, des bactéries ou des champignons qui trouvent leur chemin ou se développent de manière opportuniste dans l'environnement chaud et humide que deviennent rapidement les masques médicaux.


2. Les masques médicaux diminuent le taux d'oxygène dans le sang.
Le port d'un masque pendant plus de quelques minutes entraîne une réduction significative du niveau d'oxygène dans le sang d'une personne.
(Source)

Cette étude portant sur 53 chirurgiens a évalué l'effet des masques chirurgicaux sur la saturation en oxygène de l'hémoglobine chez les chirurgiens pratiquant une intervention chirurgicale.
L'étude a révélé que les chirurgiens ont connu une diminution significative de la saturation en oxygène des pulsations artérielles (SpO2) et une légère augmentation de la fréquence du pouls après une heure. Cette diminution était plus marquée chez les chirurgiens âgés de plus de 35 ans.
Étant donné qu'une petite diminution de la SpO2 reflète une grande diminution de la pression partielle de l'oxygène dans le sang artériel (PaO2) (Source) les résultats de cette étude suggèrent que les masques chirurgicaux portés plus d'une heure peuvent abaisser suffisamment l'oxygène artériel pour induire des effets physiologiquement néfastes.
Voici deux cas des conséquences tragiques de l'obligation de porter des masques pour les enfants : Deux garçons chinois sont tombés morts alors qu'ils portaient des masques pendant des cours d'exercices physiques (Source 1) 

Deux garçons de deux villes chinoises sont morts d'un arrêt cardiaque soudain en l'espace d'une semaine. Le premier garçon, âgé de 15 ans, s'est effondré après avoir fait son jogging en cours d'éducation physique alors qu'il portait un masque facial le 24 avril. L'autre garçon, âgé de 14 ans, serait mort lors d'un examen de course à pied alors qu'il portait un masque.

Pourquoi des garçons en bonne santé tomberaient-ils raides morts alors qu'ils portaient un masque et couraient en cours d'éducation physique ! Pour répondre à cette question, nous devons examiner comment la désoxygénation induite par le masque et les besoins accrus en oxygène du muscle cardiaque pendant l'exercice ont pu précipiter des crises cardiaques chez des adolescents par ailleurs en bonne santé :

Point n°1 : Le muscle cardiaque a besoin d'oxygène pour survivre. Et plus le cœur travaille dur, plus il a besoin d'oxygène. L'American Heart Association déclare ceci à propos des crises cardiaques :
"Votre muscle cardiaque a besoin d'oxygène pour survivre. Une crise cardiaque survient lorsque le flux sanguin qui apporte l'oxygène au muscle cardiaque est fortement réduit ou complètement interrompu" (Source)
Point n° 2 : Les masques bloquent l'entrée d'air et diminuent l'oxygène artériel.
Des études menées sur des personnes masquées ont montré que le port du masque diminue l'oxygène artériel. Par exemple, les effets des masques chirurgicaux portés par les chirurgiens dans la salle d'opération (un environnement dans lequel les effets de blocage de l'oxygène des masques sont minimisés par le débit d'air élevé, les niveaux d'oxygène accrus et la température fraîche de la salle d'opération) pendant une chirurgie majeure ont montré une diminution significative de l'oxygène artériel (Source)

La leçon à en tirer est que les masques médicaux ne doivent pas être portés pendant un exercice intense. Comme décrit ci-dessus et démontré dans l'étude sur les chirurgiens portant des masques chirurgicaux, les masques médicaux bloquent l'apport en oxygène. Priver le cœur d'oxygène pendant un exercice, en particulier un exercice intense, pourrait précipiter une crise cardiaque aiguë.

Le poumon d'un joggeur s'effondre après avoir couru 3,5 km en portant un masque facial (Source)

Le poumon gauche de M. Zhang a été perforé à cause de la pression élevée causée par la course. Le jeune homme de 26 ans s'est retrouvé à bout de souffle alors qu'il faisait son jogging avec un masque en Chine. Les médecins ont déclaré que son poumon perforé avait été causé par le jogging avec un masque. Il est maintenant dans un état stable après avoir subi une opération, a indiqué l'hôpital.

L'hypoxie augmente le risque de formation de caillots sanguins (Source)
La diminution de l'oxygène artériel supprime le système immunitaire, augmentant ainsi la sensibilité des porteurs de masque aux maladies infectieuses.


3. Les masques médicaux augmentent le taux de dioxyde de carbone dans le sang.
Bien que le corps dispose de mécanismes robustes pour atténuer les élévations transitoires et mineures de CO2 dans l'air que nous respirons, ces mécanismes peuvent facilement être dépassés par une exposition chronique à des élévations importantes de CO2, comme cela se produit lors du port prolongé d'un masque médical.

La science démontre clairement que les masques faciaux provoquent une réinhalation de dioxyde de carbone et une hypercapnie (Source)

L'air expiré est riche en dioxyde de carbone, un déchet de la respiration cellulaire.
Une partie du dioxyde de carbone précédemment expiré est inspirée (respirée) à chaque cycle respiratoire.
Les masques piègent les expirations riches en CO2 à l'interface masque-bouche, forcent la réinspiration des expirations riches en CO2, augmentent les niveaux de dioxyde de carbone dans le sang (CO2). (Source)

Preuves objectives démontrant comment les masques augmentent le taux de dioxyde de carbone dans le sang et ont un impact négatif sur la santé et la fonction.

L'échographie Doppler transcrânienne (TCUD) est un moyen non invasif d'évaluer le flux sanguin dans le système vasculaire cérébral. L'augmentation des pressions partielles de dioxyde de carbone (PCO2) causée par les masques médicaux peut être évaluée par TCUD (Source)
L'élévation de la PCO2 provoque une vasodilatation des canaux artériolaires entraînant une diminution de la résistance vasculaire périphérique. La diminution de la résistance vasculaire périphérique est responsable des modifications du temps de circulation cérébrale, du CBF et de la vitesse d'écoulement (V) dans les artères cérébrales.
Les masques médicaux obligent le porteur à inspirer (réinspirer) de l'air qui est un mélange d'air provenant de l'environnement local et de déchets respiratoires provenant des expirations précédentes du porteur du masque.

Les expirations respiratoires contiennent des niveaux significativement plus élevés de dioxyde de carbone (CO2), l'un des déchets de la respiration.
Le système pulmonaire est conçu pour recueillir l'oxygène et éliminer le CO2 de l'organisme. Les masques piègent les expirations riches en CO2 à l'interface masque-bouche.
Les modifications de la PCO2 artérielle influencent considérablement le débit sanguin crânien (DSC) (Source)
Des études Doppler par ultrasons transcrâniens (TCUD) sur des personnes masquées et non masquées démontrent les modifications du flux sanguin dans le cerveau résultant de l'élévation du CO2 artériel qui se produit dans les secondes qui suivent le port d'un masque. (Source avec vidéo)


4. SRAS Le CoV-2 est doté d'un "site de clivage de la furine" qui le rend plus pathogène.
Le site de clivage de la furine rend le virus plus capable d'envahir les cellules humaines.
Le site de clivage de la furine rend le virus encore plus capable d'envahir les cellules lorsque le taux d'oxygène artériel diminue (Source)
Par conséquent, le port d'un masque médical peut augmenter la gravité du CoVID-19.


5. Les masques médicaux piègent les agents pathogènes viraux (et autres) exhalés dans l'espace interbouche/masque, augmentent la charge virale/infectieuse et accroissent la gravité de la maladie.

a) Les masques faciaux piègent les particules virales exhalées dans l'espace entre la bouche et le masque. Les particules virales piégées ne peuvent être évacuées des voies respiratoires. Le porteur du masque est alors obligé de réinspirer les particules virales, ce qui augmente les particules virales infectieuses dans les voies respiratoires et les poumons.
De cette façon, les masques chirurgicaux provoquent l'auto-inoculation, augmentent la charge virale et accroissent la gravité de la maladie.
b) Le neurochirurgien Russell Blaylock, MD, soulève d'autres préoccupations :

"En portant un masque, les virus exhalés ne pourront pas s'échapper et se concentreront dans les voies nasales, pénétreront dans les poumons, les nerfs olfactifs et voyageront jusqu'au cerveau" (Source)

c) Les masques faciaux piègent les particules virales exhalées dans l'espace entre la bouche et le masque.(Source) Les particules virales piégées ne peuvent être évacuées des voies respiratoires. Le porteur du masque est donc obligé de réinspirer les particules virales, ce qui augmente les particules virales infectieuses dans les voies respiratoires et les poumons. De cette façon, les masques médicaux provoquent l'auto-inoculation, augmentent la charge virale et accroissent la gravité de la maladie.
Les cas asymptomatiques ou légers de CoVID-19 deviennent plus graves lorsque l'infecté est masqué, que l'oxygène diminue, que la charge virale augmente du fait de la réinspiration des particules et que la maladie submerge le système immunitaire inné.

i) Le principal objectif de la réponse immunitaire innée est d'empêcher immédiatement la propagation et le déplacement des agents pathogènes étrangers dans l'organisme (Source)
ii) Le système immunitaire inné joue un rôle crucial dans la destruction du virus, la prévention de l'infection ou la diminution de la charge virale pour réduire la gravité de l'infection.
iii) L'efficacité de l'immunité innée dépend fortement de la charge virale. Si les masques faciaux augmentent la réinspiration des particules virales en même temps qu'ils créent un habitat humide où le SRAS-CoV-2 reste activement infectieux, le masque augmente la charge virale et peut submerger le système immunitaire inné.
iv) Le piégeage, la réinspiration et l'augmentation de la charge pathogène transmise aux poumons deviennent encore plus dangereux lorsque le masque médical est contaminé par des virus, bactéries et champignons opportunistes qui peuvent se développer dans l'environnement chaud et humide du masque.
v) "En portant un masque, les virus expirés ne pourront pas s'échapper et se concentreront dans les voies nasales, pénétreront dans les nerfs olfactifs et voyageront jusqu'au cerveau." - Russell Blaylock, MD


6. Le CoV-2 du SRAS devient plus dangereux lorsque le taux d'oxygène sanguin diminue
La désaturation de l'oxygène artériel est un problème critique dans le CoVID-19. La capacité du virus à infecter les cellules est nettement renforcée par la désaturation en oxygène, dont il a été démontré qu'elle se produit même dans l'environnement idéal de la salle d'opération dans laquelle opèrent les chirurgiens : systèmes de flux/échange d'air élevés, température fraîche et niveaux d'oxygène ambiant plus élevés. lorsqu'ils portent un masque chirurgical (Source)
L'une des caractéristiques qui rendent le CoV-2 du SRAS particulièrement infectieux est la séquence " furine " du virus qui active une attaque accrue des récepteurs ACE2 et une invasion cellulaire dans des environnements à faible teneur en oxygène(Source)


7. Les masques en tissu peuvent augmenter le risque de contracter le Covid-19 et d'autres infections respiratoires. (voir le pdf)

" Cette étude est le premier [essai contrôlé aléatoirement] sur les masques en tissu, et les résultats mettent en garde contre l'utilisation des masques en tissu.
C'est un résultat important pour informer la santé et la sécurité au travail. La rétention d'humidité, la réutilisation des masques en tissu et la mauvaise filtration peuvent entraîner un risque accru d'infection."


8. Manque de formation et gestion inadéquate des masques :
Le public n'est pas formé et n'est pas suffisamment sensibilisé au choix correct des masques (la plupart portent à tort des masques en tissu), à leur port correct, à la gestion de la stérilité et à l'importance de ne pas réutiliser les masques à usage unique.
Les personnes ne doivent pas toucher leurs masques, doivent changer fréquemment leurs masques à usage unique ou les laver régulièrement, les éliminer correctement et adopter d'autres mesures de gestion, sans quoi leurs risques et ceux des autres peuvent augmenter (pdf) (Source)
Nous pouvons tous observer les innombrables façons dont les gens dans les communautés portent mal leurs masques, les manipulent mal et augmentent leur propre risque et celui de la communauté de contracter une maladie infectieuse, y compris le CoVID-19.


9. Les masques recueillent et colonisent les virus, les bactéries et les moisissures.
En Allemagne, où les écoles sont ouvertes et où les masques sont le plus souvent facultatifs, l'association "Kinder f.Weltfrieden eV" a commandé une analyse en laboratoire pour étudier le niveau de contamination microbienne qui résulte du port d'un masque neuf par un enfant pendant 6 à 8 heures à l'école. Ce qu'ils ont découvert était alarmant pour tous ceux qui recommandent de masquer nos enfants pendant plusieurs heures chaque jour. Les masques étaient contaminés par 82 colonies bactériennes et 4 colonies de moisissures. À votre avis, où finissent les bactéries, les moisissures et les virus qui colonisent et se développent progressivement sur l'interface chaude et humide entre le masque et la bouche ?

Bon nombre de ces microbes sont transférés sur les surfaces que l'enfant (ou l'adulte) touche après avoir touché, manipulé et malmené son masque. C'est l'une des nombreuses raisons pour lesquelles il est presque certain que les masques AUGMENTENT la transmission des maladies infectieuses. Plus dangereux encore, ces microbes sont inhalés et transmis profondément dans les poumons, où des maladies respiratoires bien pires que le CoVID-19 peuvent survenir.

L'effet réducteur d'oxygène des masques oblige le corps à compenser en augmentant le rythme cardiaque et en approfondissant les inspirations (augmentation des volumes courants). L'augmentation des volumes courants entraîne les agents pathogènes du masque profondément dans les poumons où ils peuvent provoquer de graves pneumonies, des inflammations et des lésions tissulaires.

En outre, ces risques sont aggravés par la suppression immunitaire (suppression des lymphocytes T CD4+) qui résulte de la diminution de l'oxygénation artérielle. Ainsi, l'enfant portant un masque court un risque imminent de subir des infections pulmonaires bien plus dangereuses qu'une infection par le CoVID-19.

En fait, d'après les rapports de mes collègues de la médecine d'urgence, de la pneumologie et des maladies infectieuses, une explosion alarmante de pneumonies bactériennes est signalée aux urgences et aux centres de soins d'urgence dans tout le pays.

(Source) Voir l'onglet Public Health / Masks are neither effective nor safe: A summary of the science

(Source)


10. Le port d'un masque facial fait que l'air expiré (panaches respiratoires) va dans les yeux.
Les masques peuvent capturer les jets respiratoires et les grosses gouttelettes respiratoires, mais ils ne peuvent pas empêcher les panaches respiratoires composés de noyaux de gouttelettes respiratoires aérosolisables de s'échapper par le haut, le bas et les côtés des masques.
Le panache respiratoire se dirige vers les yeux et génère une sensation d'inconfort et l'envie de se toucher et de se frotter les yeux. Si vos mains sont contaminées et que vous touchez ou frottez vos yeux, vous vous transmettez et vous vous infectez par la muqueuse oculaire. (Source)


Quelle est donc la solution au port du masque?

L'immunité naturelle l'est! Les anticorps dérivés de l'infection naturelle par le COVID-19 sont plus abondants et plus puissants - au moins 10 fois plus puissants - que l'immunité générée par la seule vaccination, selon une étude de l'Oregon Health & Science University (OHSU) de Portland, aux États-Unis, publiée le 25 janvier. (Source) (Vidéo sur Youtube) basé sur des documents par Pfizer.

L'infection naturelle protège également contre les différents variants qui sont apparus progressivement depuis le début de la pandémie. Une étude de base de données nationale incluant près de 22 000 personnes au Qatar, publiée dans le New England Journal of Medicine, a montré qu'une infection antérieure était " robuste " - environ 90 % - pour prévenir la réinfection par les variants Alpha, Beta et Delta du SRAS-CoV-2

La question est donc: Comment optimisé votre système immunitaire?

Comment renforcir votre système immunitaire?

  1. -Réduire votre stress
  2. Dormir suffisamment
  3. Éviter le sucre et les sucrerie
  4. Limiter l'alcool
  5. Viser un poids santé
  6. Faites vérifier votre composition corporelle avec un test de bio-impédance (Vidéo)
  7. Consulter un naturopathe pour vous aidez a mettre sur pied un programme de santé optimale.

Références:

SOURCE

https://www.webmd.com/lung/news/20211109/millions-of-tons-of-covid-masks-gloves-will-end-up-in-oceans#1