All Posts by Lucie France Faille C.D.

Est-ce que le zinc aide le système immunitaire?

Le zinc est un minéral important. Voyons voir ses différentes fonctions

LE ZINC AIDE À LA FORMATION DU TISSU CONJONCTIF ET AU MAINTIEN D'UNE PEAU SAINE ET DES FONCTIONS IMMUNITAIRES

Des niveaux de zinc adéquats sont essentiels au bon fonctionnement de chaque cellule de notre corps. Les effets bénéfiques du zinc sont importants en raison de son implication dans de nombreuses réactions biochimiques. Le zinc est essentiel à la croissance et au développement physique, au fonctionnement du SNC (Système Nerveux Central) et au métabolisme des protéines, des graisses et des hydrates de carbone. Les concentrations les plus élevées de zinc se trouvent dans l'oreille et l'œil.

Si certains individus absorbent mal ce minéral, la plupart des cas de carence en zinc sont dus à une mauvaise alimentation, à un stress chronique, au végétarisme ou à une consommation excessive d'alcool.

Certaines déficiences résultent d'une exposition à des métaux toxiques tels que le cadmium des cigarettes ou l'excès de cuivre des canalisations d'eau du robinet revêtues de cuivre. La déficience sévère est associée à des changements cutanés, des diarrhées, la perte de cheveux, des troubles mentaux et des infections récurrentes.

La déficience marginale en zinc peut se manifester par une mauvaise cicatrisation des plaies, un diabète, un trouble de la prostate élargissement, cataractes, ulcères, allergies alimentaires, accumulation de métaux toxiques, ostéoporose, diminution du sens du goût ou de l'odorat, peau des troubles tels que l'acné, l'eczéma et le psoriasis, des déficiences auditives et des déséquilibres glycémiques.

Le lien entre lA MALADIE D'ALZHEIMER et le zinc

La carence en zinc est une carence nutritionnelle courante chez les personnes âgées et peut entraîner la destruction des cellules nerveuses et la formation d'enchevêtrements de plaques que l'on trouve dans la maladie d'Alzheimer.

Un Canadien sur 11 âgé de plus de 65 ans étant atteint de la maladie d'Alzheimer ou d'une démence apparentée, le zinc joue un rôle essentiel dans la santé cognitive. Dans une étude, presque tous les patients atteints de la maladie d'Alzheimer ayant reçu des suppléments de zinc ont montré une amélioration de la mémoire, de la compréhension, de la communication et des contacts sociaux.

DIABÈTE/RÉSISTANCE À L'INSULINE

Le zinc a la capacité d'équilibrer le taux de sucre dans le corps. En 2013, près de 2 millions de Canadiens étaient atteints de diabète ; avec des taux en constante augmentation, une bonne nutrition est plus importante que jamais. Une étude a montré qu'une consommation réduite de zinc alimentaire et de faibles taux de zinc sérique étaient associés à une prévalence accrue de la maladie coronarienne et du diabète et à plusieurs de leurs facteurs de risque associés, notamment l'hypertension, l'hypertriglycéridémie et les marqueurs d'une légère résistance à l'insuline.

La supplémentation en zinc aide le pancréas à fabriquer de l'insuline et protège les sites récepteurs d'insuline sur les membranes cellulaires, optimisant ainsi le métabolisme du glucose. Le zinc est important pour une grossesse saine et la supplémentation en zinc est bénéfique pour les femmes souffrant de diabète gestationnel.

TROUBLES ALIMENTAIRES

De mauvaises habitudes alimentaires prédisposent les adolescents à de nombreuses déficiences minérales ; des réserves de zinc insuffisantes sont associées à la fois à l'anorexie et à la boulimie. Dans une étude, des femmes anorexiques recevant une supplémentation en zinc ont gagné deux fois la masse corporelle du groupe témoin sans zinc. Le zinc améliore également leur envie de manger.

Niveau de cuivre élevé

L'élévation du cuivre peut résulter d'une déséquilibre du zinc. Le corps a besoin d'un équilibre de 15:1 entre le zinc et le cuivre pour fonctionner correctement ; la perte d'un minéral peut entraîner un excès relatif dans l'autre. Une mauvaise alimentation, le végétarisme et le tabagisme peuvent créer une déficience en zinc et un excès de cuivre.

La céruloplasmine est une protéine de liaison au cuivre fabriquée par les glandes surrénales et est essentielle à l'utilisation du cuivre. Une mauvaise santé des glandes surrénales réduit les niveaux de céruloplasmine, ce qui entraîne une accumulation de cuivre inutilisable ou une toxicité du cuivre. La prise de pilules contraceptives, l'hormonothérapie substitutive et la consommation d'eau du robinet provenant de tuyaux revêtus de cuivre peuvent également entraîner une augmentation du cuivre et une diminution du zinc.

Cette élévation du cuivre peut entraîner des migraines, des lésions oculaires et éventuellement une dégénérescence maculaire, une prééclampsie, un cancer du sein, un lymphome, une dépression, de l'anxiété, une schizophrénie et une leucémie chronique. Les autres symptômes d'une élévation du cuivre sont l'acné, l'insuffisance surrénale, l'anémie, le syndrome prémenstruel, la course mentale, (le hamster, la nuit)  la prolifération du candida, l'arthrose et les infections virales.

VISION, GOÛT ET ODORAT

Le zinc est essentiel pour le maintien de la vision, du goût et de l'odorat ; la déficience du zinc entraîne souvent l'héméralopie. Le mauvais état de zinc est fréquent chez les personnes âgées et la perte du goût et de l'odorat est un problème courant pour ce groupe d'âge. La réduction de l'apport alimentaire en viande rouge et en produits laitiers entraîne une diminution du zinc, du calcium, de la vitamine D et de l'acide folique chez les femmes âgées du Canada. Une supplémentation en zinc peut améliorer le goût et l'odeur chez certaines de ces personnes.

SANTÉ IMMUNITAIRE

Le zinc est impliqué dans pratiquement tous les aspects de l'immunité. Le zinc a une activité antivirale contre plusieurs virus qui provoquent le rhume. Une étude clinique a montré que l'utilisation de pastilles de zinc réduisait les symptômes du rhume de sept à quatre jours en moyenne.

Une supplémentation en zinc stimule la production de globules blancs, un élément clé dans la lutte contre les tumeurs, et favorise la production de neutrophiles, de lymphocytes T et de cellules naturelles de lutte contre les tumeurs. Le zinc est également nécessaire à la production de thymuline, la principale hormone du thymus. Une réduction de cette hormone du thymus entraîne une altération de la fonction immunitaire.

SANTÉ DE LA PROSTATE

Il a été démontré que la supplémentation en zinc réduit la taille de la prostate et les symptômes de l'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) en raison de son rôle polyvalent dans le métabolisme hormonal. L'HBP atteint des proportions épidémiques chez les hommes de plus de 50 ans et est liée à un apport insuffisant en zinc tout au long de la vie. Les envies fréquentes d'uriner et les autres symptômes de l'hypertrophie de la prostate diminuent avec la supplémentation en zinc.

Santé sexuelle

Bien qu'il ait la réputation d'être un nutriment masculin, le zinc est fondamental pour la santé sexuelle et reproductive des deux sexes. Un couple canadien sur six ayant des difficultés à concevoir, il est nécessaire de garantir un état nutritionnel optimal pour la santé génésique.

Le zinc est nécessaire pour pratiquement tous les aspects de la reproduction masculine, y compris le métabolisme des hormones, la formation et la motilité des spermatozoïdes. La baisse des niveaux de testostérone et du nombre de spermatozoïdes est impliquée dans la déficience du zinc - les niveaux de zinc sont généralement beaucoup plus bas chez les hommes stériles ayant un faible nombre de spermatozoïdes.

La supplémentation en zinc a augmenté les niveaux de testostérone et le nombre de spermatozoïdes plus bas que la normale chez les hommes stériles. Chez les femmes, la carence en zinc peut entraîner de nombreux problèmes liés à la grossesse, notamment un avortement spontané, une toxémie, des naissances prématurées, un faible poids à la naissance, un retard de croissance et des complications lors de l'accouchement.

Le STRESS diminue le systeme immunitaire

Le stress réduit les réserves de zinc de l'organisme et rend vulnérable à la faiblesse immunitaire, aux problèmes de fertilité, à l'acné, à la dépression et à d'autres symptômes d'une teneur élevée en cuivre, à d'éventuels problèmes de prostate et à la maladie d'Alzheimer. L'Association canadienne pour la santé mentale signale une augmentation du niveau de stress - jusqu'à 30 % du stress perçu par les Canadiens en 2008-2009. 

Le test de zinc est un moyen simple d'évaluer le taux de zinc - Vous pouvez me consulter pour effectuer ce test. Mon bureau privé est situé en Estrie à 4 minutes du SPA EASTMAN.

Pour commander, communiquer avec moi

ZINC A.G.

METAGENICS

Metagenics A.G.

ZINC SUPREME

DESIGN FOR HEALTH

zinc supreme design for health

Est-ce que les probiotiques mettraient les maladies auto-immunes en rémission?

QUE SONT LES PROBIOTIQUES ?

Les probiotiques sont des bactéries amies d'origine naturelle qui peuvent améliorer la santé de plusieurs façons, notamment

  • Aide à la digestion et à l'assimilation des nutriments
  • Aide à inhiber la prolifération des bactéries nocives
  • Soutien du système immunitaire
  • Maintien de la santé intestinale et aide à une bonne élimination
  • Aide à la restauration et au maintien d'une flore équilibrée après la prise d'antibiotiques, qui tuent la flore intestinale bénéfique.

POURQUOI AVONS-NOUS BESOIN DE PROBIOTIQUES ?

Près de 70 % du système immunitaire est associé au tractus gastro-intestinal (GI) par le biais d'interactions synergiques avec diverses colonies de bactéries (flore) qui résident dans notre tube digestif pour maintenir sa santé et son fonctionnement.

Les déséquilibres de cette flore intestinale, qu'il s'agisse d'une absence de bactéries bénéfiques ou d'une prolifération d'organismes malsains, peuvent entraver notre quête d'une santé optimale. Les douleurs abdominales, les ballonnements, les gaz, la constipation, la diarrhée et un système immunitaire défaillant sont quelques-unes des conséquences courantes d'un déséquilibre de la flore intestinale.

L'antibiothérapie, la maladie, une mauvaise alimentation, le stress et les toxines environnementales peuvent affecter la santé de notre flore intestinale. Autrefois, la consommation régulière d'aliments fermentés aidait à maintenir une flore intestinale saine, mais ces aliments sont de plus en plus rares dans notre alimentation. La combinaison de modes de vie malsains et d'un manque d'aliments fermentés dans l'alimentation fait des probiotiques un complément important.

La guérison de l’intestin mettrait le lupus en rémission

La connexion entre l’intestin et la maladie auto-immune est depuis longtemps dans les nouvelles. En septembre 2014, un article de journal a été publié sur les changements de la fonction de barrière intestinale (intestin perméable) avec la sclérose en plaques.

Barrière intestinale et immunité

Les chercheurs ont suggéré que les médicaments futurs pour traiter les SP ne devraient pas seulement se concentrer sur le système nerveux central, mais aussi sur les intestins en réparant et en rétablissant la barrière intestinale. Il est important de se rappeler que le tractus gastro-intestinal est de 70 % de notre système immunitaire.

Chaque fois que l’inflammation est présente, les jonctions étroites et la muqueuse intestinale peuvent être endommagées, provoquant des lacunes ou des "pores" dans la doublure du tractus GI.

Les sous-produits et les toxines causeraient l’inflammation

Ensuite, les sous-produits toxiques dans le tube digestif peuvent être absorbés dans la circulation sanguine et transportés vers le foie. Les molécules d’aliments et de toxines sont «filtrées» à travers la doublure GI et, éventuellement, elles affectent les systèmes dans l’ensemble du corps, provoquant une inflammation articulaire, des toxines exprimées dans les troubles de la peau, des maladies auto-immunes et des sensibilités alimentaires.

Augmentation du lupus depuis les 30 dernières années

Il y a eu une forte augmentation de l’incidence des troubles auto-immuns au cours des trois dernières décennies. Pourquoi cela se produit-il ? Les réponses peuvent être trouvées dans la recherche médicale actuelle, mais vous ne le verrez probablement jamais en visitant un médecin.

L’étude mentionnée ci-dessus est un exemple parfait entre la grande déconnexion entre la recherche médicale, qui est souvent exceptionnelle, et la pratique de la médecine traditionnelle, ce qui laisse souvent à désirer quand il s’agit de gérer les troubles chroniques.

L’approche allopathique soulage les symptômes, mais la maladie elle?

L’approche clinique allopathique typique (médecine moderne) des maladies auto-immunes se concentre sur la prise en charge des symptômes avec divers médicaments anti-inflammatoires, chimio thérapeutique et aussi des agents immunosuppresseurs très puissants avec de graves effets secondaires potentiels comme la leucémie et le lymphome.

Ces approches peuvent certainement apporter un soulagement considérable au patient, mais elles ne sont pas vraiment à l’origine de ces conditions, et certaines recherches suggèrent que ces approches peuvent entraîner une poursuite du processus pathologique. En d’autres mots, la maladie continue, même quand vous prenez des médicaments.

Les bactéries sont la nouvelle piste pour une santé optimale

Les bactéries intestinales ont été identifiées comme un facteur environnemental important dans la santé globale et les maladies auto-immunes. Une étude récente a démontré le rôle du microbiote intestinal dans le lupus. Selon une étude publiée dans Microbiology Appliquée et Environnementale, les espèces de Lactobacillus ont montré qu’elles réduisent la sévérité des symptômes du lupus, tandis que Lachnospiraceae, un type de Clostridia, est corrélée à une aggravation des symptômes.

Des bonnes et des mauvaises bactéries

Dans cette étude, les chercheurs ont montré que les modèles de souris qui avaient un lupus avaient des niveaux plus élevés de Lachnospiraceae et des Lactobacillus inférieurs à ceux des souris témoins. En outre, ils ont comparé les souris mâles et femelles, et ont constaté que les différences n’étaient présentes que chez les femmes.

Ces résultats suggèrent que les bactéries intestinales peuvent grandement contribuer au lupus, une maladie beaucoup plus fréquente chez les femmes. En outre, le microbiote intestinal a été surveillé au fil du temps chez les souris lupiques et témoins. En conséquence, ils ont constaté que la Clostridia était augmentée à la fois dans les stades précoces et tardifs de la maladie.

Dans d’autres expériences, l’équipe a traité les symptômes chez les souris lupiques avec (option 1) de l’acide rétinoïque seul (ou) (option 2) de la vitamine A avec de l’acide rétinoïque. Ce dernier a aggravé les symptômes, ce qui était surprenant, car on s’attendait à les réduire.

Chez ces souris, Clostridia a augmenté et Lactobacillus a diminué. Cependant, l’acide rétinoïque seul a amélioré les symptômes et la dysbiose.

Peut-on améliorer la santé avec des probiotiques?

La recherche suggère que la modification du microbiote intestinal pourrait contribuer à la rémission du lupus.

Ainsi, les patients atteints de lupus devraient consommer des probiotiques contenant du Lactobacillus pour aider à réduire les exacerbations du lupus. L’utilisation de probiotiques, de prébiotiques et d’antimicrobiens peut améliorer le microbiote et réduire les symptômes du lupus.

Les maladies auto-immunes possèdent une similitude : la santé intestinale

L’équipe a été inspirée pour effectuer cette recherche sur la base d’une étude où le diabète de type 1 était dépendant du microbiote intestinal. Le diabète de type 1 et le lupus sont des maladies différentes, mais toute auto-immunité a les mêmes déclencheurs environnement aux courants.

Il serait bénéfique que chaque patient souffrant de troubles auto-immuns subisse une analyse complète des selles digestives (à mon avis et que recherche la recherche moderne).

Il existe plusieurs autres facteurs à considérer qui jouent un rôle dans l’auto-immunité, comme l’intolérance au gluten, les sensibilités alimentaires, les infections gastro-intestinales, la toxicité des métaux lourds et la carence en vitamine D.

Un de mes produits favoris

Probiomed
Ingrédients du Probiomed

cliquez pour agrandir


RÉFÉRENCES

Est-ce que les bactéries intestinales impactent votre poids?

Est-ce que les bactéries intestinales impactent votre poids?

Une femme m’a dit durant une consultation « J’ai lu quelque part qu’un régime riche en matières grasses peut endommager vos bactéries intestinales et favoriser le gain de poids », « Devrais-je me préoccuper si je mange un régime riche en matières grasses? » (1)

Est-ce que les mauvais gras sont vraiment nocifs pour la perte de gras?

 Il est très vrai que ce que vous mangez affecte vos bactéries intestinales, pour le meilleur et pour le pire, et les changements des bactéries intestinales ou microbiomes jouent un impact sur votre poids. En effet, certaines études démontrent que les régimes riches en mauvaises matières grasses peuvent affecter négativement votre flore intestinale et favoriser l’inflammation et le gain de poids. (2)

Cependant, il est important de noter que le type de graisse que vous mangez est important! La plupart de ces études sont axées sur les régimes qui intègrent des niveaux élevés d’huiles végétales omega-6 inflammatoires et raffinées comme l’huile de soja (3)

Quelles sortes de gras sont les pires?

Les graisses polyinsaturées provenant du soja, du canola et d’autres huiles de graines sont inflammatoires. Évitez-les si vous voulez être en meilleure santé. Même si vous consommez des graisses oméga-3 tout en consommant ces huiles inflammatoires, vous ne serez pas en mesure de récolter les bénéfices des bons gras gras (4). La plupart de l’histoire humaine, nous avons consommé un taux beaucoup plus élevé de graisses oméga-3 en graisses oméga-6. (5)

Les sources de gras sauvages sont la clef d’une meilleure santé.

Les aliments sauvages, comme le bœuf nourri à l’herbe et les poissons sauvages, constituent une excellente source d’oméga-3. Malheureusement ses aliments sauvages ne constituent plus la plus grande partie de notre alimentation moderne.

La modernisation des fermes nourrit maintenant le bétail avec du maïs. Les pauvres bêtes sont laissées dans les étables 24/24 et ceux-ci constituent la plus grande grande partie de notre alimentation moderne. Ses aliments n’ont donc plus aucune graisse oméga 3. Les vastes quantités de ses graisses oméga-6 dans notre alimentation contribuent aux maladies cardiaques, au diabète et au cancer.(6)

Certaines études relient également la consommation élevée de graisse oméga-6 à la dépression, le suicide et d’autres problèmes majeurs de santé en raison d’une inflammation accrue.(7)

Ajouter des bons gras à notre alimentation

Pour inverser ces problèmes et créer une santé optimale, remplacer ces graisses omega-6 dommageables par des aliments sains - comme l’huile de coco, les avocats, le beurre bio de vache nourri à l’herbe, le poisson riche en oméga-3 et bien sûr, l’huile d’olive extra-vierge. Fait intéressant, lorsque l’on regarde les études qui utilisent les graisses oméga-3 saines et anti-inflammatoires, on voit juste l’effet inverse. (8)

Ces graisses saines favorisent des bactéries intestinales plus saines, des niveaux inférieurs d’inflammation et une augmentation de la perte de poids.

Il faut comprendre que les types de graisse que nous mangeons sont importants. Les mauvaises graisses augmentent l’inflammation, favorisent la croissance de mauvaises bactéries et créent une résistance à la perte de poids. Les bons gras eux, diminuent l’inflammation et aident à la perte de poids.


Pourquoi la santé de la flore intestinale est-elle si importante?

La santé intestinale optimale est devenue une priorité dans la santé du 21e siècle. Le fait d’avoir trop de mauvaises bactéries dans l’intestin a été lié à de nombreux problèmes - y compris l’autisme, l’obésité, le diabète, les allergies, l’auto-immunité, la dépression, le cancer, les maladies cardiaques, la fibromyalgie, l’eczéma et l’asthme. Les liens entre les maladies chroniques et un microbiome déséquilibré (ou bactéries intestinales) continuent de croître chaque jour. (9)

Certains scientifiques sont inquiets et parlent du lien étroit du deuxième cerveau

Beaucoup de scientifiques ont commencé à se référer à l’intestin comme notre deuxième cerveau, une idée qui se reflète dans des livres étonnants comme The Good Gut, Brainmaker, The Microbiome Solution et The Gut Balance Revolution.

Est-ce que les ballonnements et les brulements d’estomac sont inquiétants?

Avoir un intestin sain devrait être important dans nos priorités d’une meilleure santé et si vous êtes agacé par un peu de ballonnements ou de brûlures d’estomac cela devrait plus que jamais vous donner des indices sur votre santé et augmenter la priorité à toute votre santé. C’est pourquoi je commence presque toujours à traiter les problèmes de santé chroniques de mes patients en apportant un soutien aux bonnes bactéries intestinales en premier.

L’ADN bactérien domine l’ADN humain

Je crois que vous pouvez commencer à comprendre l’importance de la santé intestinale lorsque vous considérez qu’il y a plus de 500 espèces et trois livres de bactéries dans votre intestin. Il y a des trillions de bactéries dans votre intestin, et elles contiennent collectivement au moins 100 fois plus de gènes que vous. L’ADN bactérien dans votre intestin dépasse de 100% votre propre ADN. Vous avez environ 20 000 gènes, mais il existe 2 000 000 (ou plus) de gènes bactériens!

Au total, votre intestin est une énorme usine de produits chimiques qui aide à digérer les aliments, à produire des vitamines, à réguler les hormones, à excréter des toxines, à produire des composés cicatrisants et à garder votre intestin en bonne santé. (10)

La digestion est la fonction la plus importante du corps humain

La santé intestinale pourrait être définie comme le maitre suprême de la digestion, l’absorption et l’assimilation optimales des aliments. Mais c’est un gros travail qui dépend de nombreux autres facteurs. Par exemple, les bactéries dans votre intestin sont comme une forêt tropicale - un écosystème diversifié et interdépendant. Ils doivent être en équilibre pour que vous soyez en bonne santé.

Trop de mauvaises bactéries (comme les parasites, les levures ou les mauvaises bactéries) ou pas assez des bons (comme le Lactobacillus ou les Bifidobactéries), peuvent entraîner des dommages sérieux à votre santé. Un des plus graves désordres est la mycose souvent vue comme un débalancement de la flore qui se retrouve sur les ongles d’oreilles.

L’équilibre intestinal optimal commence avec votre alimentation, ce qui affecte directement cet équilibre. Vous voulez manger un régime avec beaucoup de fibres, des protéines saines et des graisses saines. (11)

Où se trouvent les bonnes sources de gras?

Les bonnes graisses incluant de bonnes sources les graisses oméga 3 et les graisses mono-insaturées - comme l’huile d’olive extra-vierge, les avocats ou les amandes - améliorent la flore intestinale saine, tandis que les graisses inflammatoires, comme les huiles végétales oméga 6, favorisent la croissance de mauvaises bactéries qui provoquent un gain de poids et les maladies.

Est-ce que l’obésité peut être liée à un déséquilibre des bonnes bactéries?

Même l’obésité a été liée à des changements dans notre écosystème intestinal, résultant d’une prise d’oméga 6 inflammatoire et pas assez d’oméga 3 anti-inflammatoires. De mauvaises bactéries produisent des toxines appelées lipopolysacchardies (LPS) qui déclenchent une inflammation, une résistance à l’insuline ou un prédiabète et, par conséquent, favorisent le gain de poids.(12)

Même l’obésité a été liée à des changements dans notre écosystème intestinal, résultant d’une prise d’oméga 6 inflammatoire et pas assez d’oméga 3 anti-inflammatoires. De mauvaises bactéries produisent des toxines appelées lipopolysacchardies (LPS) qui déclenchent une inflammation, une résistance à l’insuline ou un prédiabète et, par conséquent, favorisent le gain de poids.(12)

Le stress et le manque de sommeil fragilisent notre flore intestinale.

Le manque de sommeil et le stress chronique contribuent également au déséquilibre intestinal, en fait, votre flore intestine écoute et devient influencée par vos pensées et vos sentiments. Alors, assurez-vous d’avoir 7 à 8 heures de sommeil de qualité et n’oubliez pas de pratiquer quotidiennement vos activités préférées de réduction du stress. (13)


8 façons d’optimiser la flore intestinale


La meilleure façon de cultiver une flore intestinale saine et de rendre vos intestins heureux commence avec votre alimentation. Voici 8 façons de développer une flore intestinale saine en commençant par votre prochaine assiette:

Mangez des aliments entiers, non transformés et non raffinés. L’une des meilleures façons de maintenir la santé intestinale consiste à couper le sucre et les glucides raffinés et d’augmenter la consommation de FIBRES (PROBIOTIQUE) qui sont en quelque sorte la nourriture de vos bonnes bactéries dans votre intestin.

Faites que 75% de votre assiette soit des légumes et des aliments à base de plantes. Vos bactéries intestinales aiment vraiment ces aliments végétaux riches en fibres.

Mangez des bonnes graisses. Les bonnes graisses que nous avons mentionnées plus tôt (comme les graisses oméga-3 et les graisses mono-insaturées, telles que l’huile d’olive vierge aideront à diminuer l’inflammation, ce qui donnera aux bactéries intestinales la chance de s’épanouir.

Supplémentez-vous intelligemment. Au-delà des nombreux avantages (y compris la réduction de l’inflammation), les études constatent que les acides gras oméga-3 peuvent supporter une flore intestinale saine. Vous devriez certainement compléter avec une formule d’acides gras essentiels, si vous ne mangez pas régulièrement de poissons gras sauvages. Vous pouvez trouver des formules de qualité professionnelle durant mes consultations. Il faut aussi pensé à ajouter un bon complément probiotique. Cela aide à réduire l’inflammation intestinale tout en cultivant la santé et la croissance de bonnes bactéries. (14)

Ajoutez plus d’huile de noix de coco. Des études démontrent des avantages anti- inflammatoires et de perte de poids de l’ajout de triglycérides à chaîne moyenne ou d’huiles MCT. L’une de mes graisses préférées, l’huile de noix de coco et le beurre de noix de coco, contient ces fabuleux MCT qui sont utilisés pour l’énergie du cœur et du cerveau (15)

Retirer dès que possible les graisses inflammatoires comme l’huile de canola et les huiles végétales riche en oméga-6 inflammatoires. Remplacez-les par des huiles plus saines, comme l’huile d’olive extra-vierge et l’huile de coco.

Ajouter des aliments riches en fibres. Les noix, les graines et une fibre spéciale appelée glucomannane fournissent des prés biotiques et alimentent nos bactéries saines.

Ajouter des aliments fermentés. La choucroute, le kimchi, le tempeh et le miso contiennent de bonnes quantités de probiotiques afin que vos insectes intestinaux sains puissent être fructueux et se multiplient.

Les recommandations ci-dessus ne sont pas des remèdes miracles. Ce sont les actions qui mènent à une fonction intestinale normalisée et à une meilleure flore intestinale grâce à une alimentation améliorée, une consommation accrue de fibres, des suppléments probiotiques quotidiens, l’utilisation de nutriments qui réparent le revêtement intestinal et la réduction des bactéries malins dans l’intestin avec des herbes ou des médicaments. (16)

Oui, les graisses inflammatoires vont certainement endommager vos bactéries intestinales. Mais les graisses claires, y compris les oméga-3 et l’huile d’olive extra-vierge combinées à un régime alimentaire complet et réel, peuvent réellement réparer votre intestin et même augmenter de bonnes bactéries.

Vous souhaitant santé et bonheur,

Références

Références:

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4239493/

https://drhyman.com/blog/2012/03/01/time-for-an-oil-change/

https://drhyman.com/blog/2014/09/08/saturated-fat-get-bad-rep/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3144295/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3076650/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3335257/

https://drhyman.com/blog/2011/11/17/8-steps-to-reversing-diabesity


https://drhyman.com/blog/2015/08/07/5-strategies-to-prevent-and-treat-cancer/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17401057

https://drhyman.com/blog/2012/01/27/inflammation-how-to-cool-the-fire-inside-you-thats- making-you-fat-and-diseased/

https://drhyman.com/blog/2010/05/19/why-current-thinking-about-autism-is-completely- wrong/

https://drhyman.com/blog/2010/05/19/is-there-toxic-waste-in-your-body-https://drhyman.com/blog/2015/12/31/hit-your-reset-button-to-make-2016-your-leanest- healthiest-self/

https://drhyman.com/blog/2012/02/29/how-malnutrition-causes-obesity/

https://drhyman.com/blog/2010/05/20/how-to-sleep-better-lose-weight-and-live-longer/

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/lite.201500035/abstract

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12634436

(a1) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9892589

Wolfgang, K et al. 1999 C-Reactive Protein, a Sensitive Marker of Inflammation Predicts Future Risk of Coronary Heart Disease in Initially Healthy Middle-Aged med. Circulation 99 (2) 237-242

(a2) Bradbury J 2011. Docosahexaenoic Acid (DHA): An ancient nutrient for the modern human brain. Nutrients 3 (5): 529-54


(a3) Freeman, MP, et al 2006. Omega-3 fatty acids: evidence basis for treatment and future research in psychiatry. Journal of Clinical Psychiatry 67 (12): 1954-1976. Review.

(a4) Mozaffarian D, Wu JH, 2011 Omega-3 fatty acids and cardiovascular disease: effects on risk factors, molecular pathways, and clinical events. Journal of the American College of Cardiology 58 (20): 2047-67

(a5) Mozaffarian D, Wu JH, 2011 Omega-3 fatty acids and cardiovascular disease: effects on risk factors, molecular pathways, and clinical events. Journal of the American College of

Cardiology 58 (20): 2047-67